Facteur B en situation professionnelle

Le facteur B de Predictive Index porte sur le niveau d'Extraversion. Il mesure la prédisposition à développer des rapports sociaux et des interactions avec les autres. Les autres facteurs sont la Dominance, la Patience et le Formalisme.


Comprendre un individu avec un B fort

Le facteur B est le moteur de l'interaction sociale. Un individu avec un niveau d’extraversion élevé a un intérêt sincère pour les gens. Interagir avec les autres le dynamise. Il est accessible, souriant, d’un contact agréable et il met toujours l’équipe en priorité.


Comme le A fort, le B fort aime l’action. La différence est que le collaborateur avec un B fort atteint ses objectifs en influençant et en persuadant les autres. Si A fort signifie «raconter», alors B fort signifie «vendre». C’est pourquoi le langage de la personne avec un B fort contient plus de «vous» et «nous» que de «je» et «moi».


L’employé avec un B fort aime les autres et il a besoin d’être aimé. L'approbation et l'acceptation sont primordiales pour lui. Son besoin de séduire peut donner l'impression qu'il est superficiel voire trompeur.


Travailler pour un manager avec un B fort

Si votre patron est très extraverti, vous le trouverez empathique et déterminé à établir une relation avec vous. C'est un bâtisseur d'équipe qui souhaite développer ses collaborateurs. Il s'intéressera activement à votre bien-être et à vos intérêts professionnels. Il se peut également qu'il s'intéresse à votre vie en dehors du bureau.


Il déléguera l'autorité plutôt facilement car il a besoin des autres pour progresser. Assurez-vous simplement qu’il est dans la boucle. Lors de brainstorming, il aime «penser à voix haute». Encouragez-le à le faire, même si ses idées ne sont pas abouties, afin qu'elles puissent se préciser au fur et à mesure qu'il les formalise.


Un manager avec un B fort est à l'aise dans le monde des idées. Les sujets nébuleux et conceptuels ne lui posent aucun problème. Vous le trouverez probablement engageant et motivant. Il vous encouragera à partager vos pensées avec lui, ne serait-ce que pour avoir la chance de partager les siennes avec vous.


Gérer un collaborateur avec un B fort

Si un membre de votre équipe s’avère très extraverti, vous devez comprendre qu’il est motivé par la relation, qu’il fonctionne à l’affect. Il a un grand besoin d'attention et de faire partie de l'action. Il participera facilement à toutes les formes d'activités sociales au travail - réunions, comités, fêtes - toute occasion d’aller au devant de ses collègues.


Les employés dont le B est élevé recherchent régulièrement des occasions d'interagir avec les autres, alors laissez-leur cette chance ! Vous voulez intégrer un nouvel employé avec un B fort ? Faites lui faire le tour des bureaux, présentez-le à ses coéquipiers, organisez un déjeuner de bienvenue. Il est important de lui laisser le temps de dire ce qu’il pense, lui rappeler les délais, l’aider avec les détails, faire preuve de souplesse.


Lorsqu'un employé avec un B fort réussit bien, accordez-lui une reconnaissance publique. Il a un fort besoin d’acceptation sociale et d’indications visibles qu’il fait du bon travail. Rappelez-vous que les symboles de statut et de titre peuvent être importants pour lui. Quoi que vous fassiez, ne l’isolez pas.


Comprendre un individu avec un B faible

Un employé avec un niveau d’extraversion bas n'est pas forcément motivé par un besoin d'interaction sociale. Il sera peu communiquant et plutôt sérieux. Ce n'est pas parce qu’il parle peu qu’il est étroit d’esprit. Il est introspectif et aime les espaces de réflexion privés plutôt que publics. Comme il donne la priorité aux tâches plutôt qu’aux relations, il est analytique et factuel dans ses interactions. Lorsqu'il communique, il est attentionné et sincère.


Pour un employé peu extraverti, le contact social peut être épuisant. Il pourrait vous dire que le meilleur moment de sa journée est quand il rentre dans son bureau et qu’il ferme la porte. Cela ne veut pas dire que les employés peu extravertis fuient toute forme d'interaction sociale. Ils peuvent se montrer à l'aise avec un petit groupe de collègues proches, en particulier lorsque la confiance mutuelle s’est construite au fil du temps.


De nombreux emplois conviennent bien aux employés faiblement extravertis. Par exemple, des postes qui nécessitent de travailler seul la plupart du temps, sur des sujets techniques, leur sont bien adaptés.


Travailler pour un manager avec un B faible

S'il vous arrive de travailler pour un manager avec un niveau d’extraversion faible, souvenez-vous de sa nature analytique. Dans vos interactions, tenez-vous en aux faits et à la tâche à accomplir. Les bavardages inutiles sont à éviter. Même si vous êtes un collaborateur très performant, veillez à laisser le temps nécessaire pour que la confiance mutuelle se déve